L’expression est de Mario Asselin.  M’y voici.  J’ai ma place, mon espace, ma voix en ligne.  Évidemment, il sera ici question de contes, de musique traditionnelle, d’univers fantastiques… Mais surtout de contes.  De ce que je verrai, entendrai et des pléthores de questions que cela soulèvera sans aucun doute.

En route!

Publicités