[Ce texte est en fait la reprise et l’adaptation d’une contribution au numéro d’octobre-novembre 2009 du Bulletin du RCQ.  Dans le cadre du Festival, il visait à présenter le Cercle des conteurs des Cantons de l’est en lien avec les archives de l’évènement.  Le reprendre ici est un peu une façon de souligner l’importance que le Cercle – que j’ai contribué à fonder – a eu et continue d’avoir dans ma pratique.]

Né en 2003 du besoin de casser des contes et d’expérimenter avec filet , le Cercle des conteurs des Cantons de l’Est se réunit tous les
premiers mardis du mois. Généralement, une période où sont échangées des nouvelles est suivie d’un temps où ceux qui le souhaitent
peuvent raconter et recevoir des commentaires de leurs pairs. Cette rétroaction amicale leur permet de peaufiner leurs histoires avant d’affronter le « vrai » public.

Il s’agit donc d’un espace créé par et pour des passionnés qui y pratiquent et discutent de leur passion. Toute personne en mesure de démontrer le sérieux de sa démarche (en ayant suivi de la formation en conte, en ayant déjà de l’expérience ou en se démarquant lors de soirées micro libre) peut se faire parrainer par un des membres actifs et être invitée à se joindre au Cercle à son tour. Bon an, mal an, le Cercle compte environ une vingtaine de membres, dont une douzaine de membres plus actifs. Le sentiment d’appartenance au Cercle est très fort chez les membres et les liens d’amitié qu’ils tissent entre eux vont souvent au-delà de la pratique artistique.

Depuis ses débuts, le Cercle existe dans une véritable relation de synergie avec les Productions Littorale (aujourd’hui la Maison des arts de la parole), qui prêtent gracieusement leur magnifique salle pour les rencontres du Cercle et incorporent ses activités dans leur programmation.

En effet, des membres du Cercle animent des soirées micro libre mensuelles dans divers lieux de la ville depuis plusieurs années. Elles se tiennent les seconds mardis du mois au Salon de thé L’Arbre à palabre, dont l’ambiance unique invite au voyage. Se sont ajoutées, en 2007, des soirées professionnalisantes avec duo de conteurs programmés, maintenant à la microbrasserie La mare au diable, tous les derniers dimanches du mois.

Des bons coups? Les programmations des Journées du conte 2006 et 2007, où les membres du Cercle sévissaient gratuitement dans une dizaine de lieux à Sherbrooke et dans les environs. Ou encore le Collectif Laisser le temps au temps, présenté à l’occasion du 15e anniversaire du festival Les Jours sont contés en Estrie (2007) : seize conteurs du Cercle offraient chacun à tour de rôle un conte court, créant une mosaïque d’histoires de styles et de couleurs variés.

En 2009 s’est tenue une soirée toute féminine de contes de fées et de sorcières dits par des conteuses, suivie le lendemain d’une soirée d’histoires d’ogres et de monstres racontées par des conteurs masculins. De même, on a tenu des soirées consacrées aux contes collectés par les frères Grimm, ainsi qu’une soirée où l’on a multiplié les versions de Cendrillon… Sans oublier les traditionnelles soirées de contes de Noël en décembre. Et ça continue!

Publicités